La Semaine du Goût
Du 12 au 22 septembre 2019
Print
Édito

Swiss Wine Campus à la découverte des vins suisses

  • 4 novembre 2019
  • Knut Schwander, Swiss Wine Promotion

Vous ne savez rien sur le vin, et encore moins de choses sur le vin suisse? Alors ce programme d'apprentissage simple, ludique et efficace est pour vous! Que vous soyez consommateur lambda ou professionnel de la restauration, en trois étapes, sans sortir de chez vous, vous serez imbattable.

Le vin suisse a le vent en poupe. Ces trois dernières décennies, sa qualité s’est améliorée de façon exponentielle. C’est désormais un produit qui compte, dont on parle. Chez les restaurateurs, mais aussi chez les consommateurs. Toutefois, la majorité d’entre eux seraient bien en mal de citer les six régions viticoles du pays et encore moins les cépages qui s’y épanouissent. Il y a certes le chasselas en Lavaux et éventuellement la syrah en Valais. Mais au-delà… 

Pour tous ceux qui ont ainsi le sentiment d’avoir loupé le train, ou qui aimeraient simplement améliorer leurs connaissances, Swiss Wine Promotion a lancé un système de formation en ligneSwiss Wine Campus. Une méthode conviviale, simple et efficace pour se mettre au diapason sans débourser un sou ni sortir de chez soi. 

Chantal Comby est l’une des initiatrices de ce projet. Sous l’égide de MobileTic, elle est responsable pédagogique de cette plateforme qui vise à expliquer simplement les multiples facettes de la viticulture suisse, de la dégustation, du service des vins et de leur diversité. En une à trois heures, vous saurez l’essentiel, puis, avec deux à trois heures supplémentaires, vous passerez au niveau « amateur ». Et si la troisième tranche vous tente, vous passerez « expert ». Et ça marche! 

Comment? En lisant des infos bien résumées. En regardant des vidéos et en effectuant des activités. Puis en répondant à un questionnaire qui valide vos connaissances. L’avantage est que l’on peut tout apprendre par tranches de dix minutes, pendant une pause, ou dans les transports publics: en reprenant le programme, celui-ci se remet automatiquement là où vous vous êtes arrêté. 

Cette formation présente aussi des atouts pour les producteurs: «Nous avons ouvert un onglet qui leur est dédié, où ils peuvent présenter leur entreprise et ses spécificités, par exemple sous forme d’un quiz», explique Chantal Comby. 

Et le projet ne s’arrête pas là.  D’ores et déjà en ligne en français, allemand, italien et anglais, il sera prochainement traduit en chinois, car, succès oblige, il rencontre une belle audience dans le monde entier. 

 

Détectez les meilleures cartes des vins suisses  

Depuis trois ans, le label Swiss Wine fleurit à l’entrée des meilleurs établissements soucieux de promouvoir l’excellence des crus suisses.  

Depuis cet automne, ça y est, le label imaginé il y a trois ans pour renseigner le grand public sur l’offre de vins suisses dans les restaurants va être relayé par Suisse Tourisme. Quel label? Celui que l’on croise à l’entrée des restaurants  sous forme d’un, deux ou trois verres d’or indiquant l’étendue de l’offre de vins suisses figurant  à la carte. Pour les restaurateurs, c’est flatteur. Pour le client, c’est pratique. Et pour les vignerons suisses, c’est un hommage à l’excellence de leur travail. 

Comment ça fonctionne? Le site www.swisswinegourmet.ch liste les restaurants, bars et hôtels de toutes catégories qui proposent à leurs hôtes de bons vins helvétiques en attribuant à chacun d’eux un, deux, ou trois verres d’or. Le code est simple: un seul verre signale une sélection régionale. Deux verres révèlent que la carte s’étend  à deux ou plusieurs régions viticoles suisses. Et trois verres annoncent un choix qui comprend généralement les six régions viticoles du pays. Des crus souvent confidentiels, méconnus, mais de plus en plus souvent remarqués dans les concours suisses et internationaux. 

 

Succès du concours annuel 

« Le nombre de tables répertoriées par ce site riche en articles et en informations sur le monde du vin suisse a déjà dépassé les 1000! Il devrait franchir la barre des 1200 d’ici la fin 2019 », explique Jean-François Genoud, responsable de la gestion du site et des contacts avec les restaurateurs qui poursuit: « Nous tenions à resserrer les liens entre producteurs, restaurateurs, sommeliers et clients. A l’évidence, c’est un succès! Le retour des professionnels et des consommateurs est très positif. » 

La clé de cette réussite? Des contacts réguliers, en direct, et des actions annuelles très porteuses, comme les concours proposés aux restaurateurs, permettant aux clients de voter pour l’établissement dont la carte de vins les inspire le plus. Chaque année, le nombre de participants augmente, avec à la clé des bons d’achat de vin offerts par Swiss Wine Promotion aux restaurants et aux clients. Une opération win-win qui n’a pas fini de faire parler d’elle. 

 

 

« Les vins suisses – sans hésiter »!

A la tête de Toutmorrow, basée à Genève, Josée Bélanger est également membre du Conseil d’administration de Swiss Wine Promotion (SWP). Elle analyse la situation du vin suisse et y répond par une stratégie affutée. Interview.

 

Semaine du Goût: En 2018 SWP a lancé sa nouvelle stratégie de communication, en deux mots quelle est-elle?

Josée Bélanger: Il s’agit prioritairement d’une promotion à l’interne, en Suisse, mais avec une pensée internationale. Je m’explique: nous allons jouer sur la force des régions, sur le caractère exceptionnel des crus helvétiques, sur leur valeur ajoutée. D’abord en Suisse, mais aussi à l’étranger, notamment en valorisant les prix et les distinctions qu’obtiennent les vins suisses.

 

SDG: Pourquoi ce changement?

J.B.: Il faut considérer l’évolution des consommateurs. La nouvelle génération dit d’elle-même qu’elle a de vagues notions, voire aucune connaissance sur les vins. Nous devons donc chercher à offrir une culture du vignoble suisse, afin qu’on vienne en Suisse pour «faire le vignoble». Pour aider les consommateurs à ne plus hésiter, le vignoble suisse doit proposer des découvertes. Les jeunes veulent des nouveautés.

 

SDG: Comment allez-vous vous y prendre?

J.B.: Nous avons choisi une signature:  «Les vins suisses – sans hésiter». Cela démontre clairement notre volonté de vouloir tout faire pour que l’on n’hésite plus à déguster, à partager un vin suisse. Il y a les bases acquises, le fameux logo rouge de Tyler Brûlé notamment. Nous allons bâtir sur cette base, mais en le faisant exploser et en respectant les spécificités de chacune des  six régions viticoles suisses qui se sont fédérées autour du projet. L’essentiel est de créer le réflexe d’acheter du vin suisse.

 

SDG: Quels types de consommateurs visez-vous?

J.B.: Jusqu’ici, le marketing de SWP s’adressait essentiellement aux amateurs éclairés, aux lanceurs de tendance. A présent, nous affinons cette stratégie grâce à une analyse fine de la situation qui nous a permis de déterminer 8 profils de clients selon leur attitude. Nous pouvons donc cibler des actions spécifiques pour chaque profil.

 

SDG: Comment voyez-vous l’avenir de SWP?

J.B.: Je suis persuadée que SWP deviendra un média à part entière, un média de marque. Mais il faut avancer à petits pas, car une stratégie trop audacieuse ne serait pas très suisse. Notre but est que le consommateur « tombe en amour » avec le vin suisse. La première étape a été de fédérer toutes les régions autour de ce projet commun.  Et je suis convaincue que c’est ainsi que nous avancerons, en visant prioritairement un retour aux fondamentaux.

 

Suggestions d'événements